Gestion de patrimoine et digitalisation

Au cours des dernières années, le secteur bancaire a été largement impacté par la révolution numérique avec l’essor des banques en lignes et de l’e-banking, mais également avec les paiements et l’octroi de crédit directement via des applications et plateformes internet. Les modèles d’affaires ont été adaptés dans la majorité des institutions financières pour intégrer ces différents services. Quelles sont les conséquences pour la gestion de patrimoine ?

Au cours des dernières années, le secteur bancaire a été largement impacté par la révolution numérique avec l’essor des banques en lignes et de l’e-banking, mais également avec les paiements et l’octroi de crédit directement via des applications et plateformes internet. Les modèles d’affaires ont été adaptés dans la majorité des banques pour intégrer ces différents services. De plus, les banques effectuent de plus en plus de partenariats et rachats de fintechs pour les aider dans cette transition numérique.

Cette évolution concerne donc également les activités de gestion de patrimoine. Selon une enquête réalisée par Patrimonia en 2016, 82% des professionnels actifs dans la gestion de patrimoines interrogés pensent que cette évolution sera un atout pour leur cabinet. Alors que 6% d’entre eux l’ont déjà terminée, elle est en cours pour 64% tandis que 24% prévoient de la mettre en place dans les deux prochaines années. Une minorité d'irréductibles (6%) ne l'envisagent pas du tout au cours des deux prochaines années. Nous assistons également à l’émergence des robo-advisors qui sont de nouveaux types de conseillers en gestion de patrimoine complétement automatisés et qui assurent la gestion de portefeuilles en ligne. Les avantages de cette ubérisation des activités bancaires, et surtout de la gestion de patrimoine sont nombreux, que ce soit pour la mise en relation, la gestion ou le suivi. Par exemple, le contact client/conseiller est beaucoup plus facile et rapide. De plus, le conseiller possède d’avantage d’informations sur le client, ce qui lui permet de s’adapter davantage et lui fournir des services plus personnalisés. Enfin, les coûts sont relativement plus faibles.

Si les avantages sont nombreux, il existe, selon certains experts, quelques limites à cette numérisation. Ces dernières concernent notamment le choix de l’information stockée, la sécurité et protection des données, mais également le comportement irrationnels des robot-advisors en temps de crises. Cependant, il est à noter que nous observons des efforts considérables de la part des acteurs digitaux afin de pallier au maximum à ces limites. L’optimum serait donc atteint grâce à une combinaison de la présence humaine et l’utilisation des outils numériques.

Nos prestations